La tarte flambée flambée. Le catalogue d’exposition de Pascale Robert

by admin

Ceci n’est pas un catalogue

La Conserverie m’invite à éditer un catalogue.
Un catalogue, avec textes et vues d’expositions.
Un catalogue classique?
Plutôt un recueil de dessins.
Pourquoi pas un recueil de dessins qui s’intitulerait La tarte flambée flambée.
Des dessins exposés à la Conserverie.
La Conserverie, le conservatoire national de l’album de famille.
La famille.
J’ai grandi en Lorraine, la tarte flambée est alsacienne, j’habite à Marseille.
Ces dessins parleraient de géographique. Géographie régionale.
Me voilà donc avec une notion qui m’est bien étrangère. Au départ, le choix des dessins s’est fait sur un désir d’assembler des images qui se ressemblent, de les confronter sur une double page. Jouer sur des associations hasardeuses a appuyé l’incongruité de l’appartenance à quelque part.
Le clan, les bandes, les racines, la lignée, la race, la dynastie, la parenté, le ménage, des concepts à pincettes.
D’où on vient, on s’en fiche. Où on est, c’est un choix. Dans l’idéal.
Ce qui nous caractérise, je ne sais pas.
Ce que je sais, c’est qu’il vaut toujours mieux en rire.

Pascale Robert

La tarte flambée flambée, livre de 24 pages sur freelife vellum blanc.
Les éditions de La Conserverie, novembre 2011.
300 exemplaires
13 euros
en vente à La Conserverie et sur ce site à la page Le petit magasin de La Conserverie

Des expositions invitées, Pascale Robert, La tarte flambée flambée Commentaires fermés sur La tarte flambée flambée. Le catalogue d’exposition de Pascale Robert

La tarte flambée flambée. Une exposition de Pascale Robert

by admin

Vernissage le 18 novembre à 18h00.
Exposition du 19 novembre 2011 au 6 janvier 2012

La Conserverie m’invite à exposer.
La Conserverie, le conservatoire national de l’album de famille.
L’album de famille.
J’en suis à mon neuvième volume.
Volumes de 100 pages.
Je remplis encore des albums de photos en tirage papier.
Avec ma manie de mitrailler allégrement et souvent sans discernement, j’ai accumulé, au fil des années, une source iconographique conséquente.
J’en tire des dessins et des peintures.
Mes proches se retrouvent donc un jour, pas souvent sous le meilleur, sur un de mes ouvrages. Je les prends en traître, autour d’une table, en soirée, à l’heure où, ivres, confiants, ils se relâchent; quand ce fourbe flash met en évidence un coup de soleil ou le regard de veau magnifique que l’on a lorsqu’on oublie toute contrainte quotidienne, sociale, protocolaire.
Si d’aucuns ont fait de la formule « l’art c’est la vie » un slogan artistique renvoyant à l’interpénétration et la fusion des expériences, j’ai fait le choix de la vie comme source inépuisable de ces deux pratiques résolument référencées et historiques: la peinture et le dessin. J’associe la culture de la fête au labeur de l’atelier pour produire une œuvre joyeuse et délurée. Visages de travers, cadrages improbables, ratés, attitudes outrancières et pauses déconvenues… tout ce qui d’ordinaire s’oublie ou s’efface en une seconde sur les appareils photos numériques devient ici le sujet d’une attention démesurément précise. Et chaque œuvre, après des heures de travail, se fait le témoin d’un instant fugace. Cette contradiction entre la beauté du geste et l’ingratitude de la pose (qui justement n’en est pas une) forme le nœud de ma pratique.

Pour répondre à l’invitation, j’ai choisi de montrer une animation réalisée d’après un film de famille, «la tarte flambée flambée», qui donne le titre à l’exposition.

la Conserverie m’invite à éditer un catalogue.
Un catalogue, avec textes et vues d’expositions.
Un catalogue classique?
Plutôt un recueil de dessins.
Pourquoi pas un recueil de dessins qui s’intitulerait «la tarte flambée flambée».
Des dessins exposés à la Conserverie.
La Conserverie, le conservatoire national de l’album de famille.
La famille.
J’ai grandi en Lorraine, la tarte flambée est alsacienne, j’habite à Marseille.
Ces dessins parleraient de géographique. Géographie régionale.
Me voilà donc avec une notion qui m’est bien étrangère. Au départ, le choix des dessins s’est fait sur un désir d’assembler des images qui se ressemblent, de les confronter sur une double page. Jouer sur des associations hasardeuses a appuyé l’incongruité de l’appartenance à quelque part.
Le clan, les bandes, les racines, la lignée, la race, la dynastie, la parenté, le ménage, des concepts à pincettes.
D’où on vient, on s’en fiche. Où on est, c’est un choix. Dans l’idéal.
Ce qui nous caractérise, je ne sais pas.
Ce que je sais, c’est qu’il vaut toujours mieux en rire.

Pascale Robert

Le catalogue La tarte flambée flambée , édité pour l’occasion sera présenté le soir du vernissage.

Des expositions invitées, Pascale Robert, La tarte flambée flambée Commentaires fermés sur La tarte flambée flambée. Une exposition de Pascale Robert