Persona de Cyrielle Lévêque

by admin

exposition visible du 15 novembre au 20 décembre 2014

Cyrielle Lévèque 150

Comment les images qui présentent des risques d’invisibilité sont amenées à exister, à résister ? Comment les images du manque, les images manquantes, les fragments perdus parviennent-ils à faire œuvre ?
Le présent se manifeste comme un champ où s’enchevêtrent la temporalité, où dialoguent le passé et le futur, la réalité et la fiction, les faits infimes et les événements historiques. Il en est de même pour l’image, dans laquelle coexistent toutes ces temporalités. Je conçois l’image comme une présence incontournable de l’existence quotidienne et aussi comme une forme de réflexion mystérieuse.
En sortant les images de leur contexte, en les isolant, voire en les recadrant, il est, selon moi, possible de faire émerger entre elles d’autres rapports, de changer le cours de l’histoire.
En refusant une hiérarchisation des images, en donnant la parole aux anonymes, aux sans-voix, j’invoque ce que l’on pourrait appeler une politique de la mémoire visant à voir autrement le passé que depuis le point de vue de l’histoire. L’analyse comparative de ces concepts aboutit à la conclusion que l’image est intimement et, paradoxalement, liée de par la vision de l’Histoire. L’image est, en fait, qu’une représentation d’une histoire, parfois de l’Histoire qui, à son tour, se représente dans chaque image.
Les images peuvent avoir une fonction « documentaire », favorisant l’ancrage historique et fonctionnant comme autant de traces. Elles ont aussi une fonction temporelle, un véritable pouvoir d’apparition. Elles permettent de faire « apparaître les fantômes ».
La photographie attrape une partie du réel; Elle nous montre non seulement une trame des apparences réelles mais aussi la trame d’une image.
C’est la rencontre entre un état du monde en fragments et le geste du photographe.
Les images que je crée ou que j’utilise forment une continuité entre histoire personnelle et Histoire, entre le je et l’autre, entre la fiction et la réalité. Il n’y a qu’un monde. Un monde où cohabitent les vivants et les morts, les personnes et leurs personnages.

Cyrielle Lévêque

Lévêque 01web

Lévêque 02web

Lévêque 03web

Lévêque 04web

Cyrielle Lévêque, Persona No Comments »