Le Républicain Lorrain, 04 janvier 2018

by admin

répu-04-janvier-2018-web

La presse No Comments »

Le Républicain Lorrain, 12 novembre 2017

by admin

répu-12-nov-17-web

La presse No Comments »

Le Républicain Lorrain, 31 mars 2016

by admin

républicain-lorrain-31-03-2016-web

La presse No Comments »

L’Album étalon par Anne Delrez

by admin

Exposition visible du 12 mars au 23 avril 2016

La Conserverie présente son album étalon.
A cette occasion est édité un livre.

image carton album-web

 

Ils se nomment il, elle, leurs enfants,
leurs amis et leurs copains.

Au creux de cette couverture en simili cuir rouge,
c’est leur présent, leurs morceaux choisis, leurs légendes douces et drôles.

Ces enfants tête entrée dans le cou,
ces amis entrelacés,
ces corps en pique nique,
cette famille trop nombreuse pour la cuisine,
ces jeunes garçons en chausson, ces pêches à la grenouille,
ces écharpes brodées d’initiales
et ce baiser flou.

Chez il, elle, leurs enfants,
leurs amis et leurs copains,
on se fait des oreilles d’âne,
on se tient aux feuilles et aux branches,
on va aux fêtes patronales
et on laisse glisser son ombre
sur la photographie.

Anne Delrez

album (2)-web

album (9)-web

album (5)-web

album (10)-web

extraits de l’album étalon

 

Cet album a été acheté à un monsieur à l’angle de la rue des Jardins lors d’un vide-greniers, au printemps 2015 à Metz. Ces photographies ont eu un présent dans lequel, peut-être, vous vous reconnaîtrez. Si cette histoire est la vôtre, un peu de vous, si vous êtes il, elle, leurs enfants,
leurs amis ou leurs copains,

MERCI DE PRENDRE CONTACT AVEC NOUS.

Le livre : L’album étalon, les éditions de La Conserverie, 300 exemplaires, mars 2016 : 17 euros

Accrochage de l’Album étalon à La Conserverie

acc-Album-etalon02-web

acc-Album-etalon03-web

acc-Album-etalon04-web

acc-Album-etalon05-web

acc-Album-etalon01-web

En parallèle de cette exposition, La Conserverie échange avec des classes de CP, de 6ème, de 2nd, de CAP, autour de l’autobiographie comme mensonge. Ces rencontres et les recherches des élèves sont restituées sous la forme de travaux en Arts plastiques ou de textes littéraires.

 

L’association C’était où ? C’était quand ? a le soutien de la DRAC Lorraine, du Conseil régional de Lorraine, de la Ville de Metz et du Conseil départemental de la Moselle.
L’association est membre du réseau LoRA

 

 

 

L' Album étalon, 2016 No Comments »

La Semaine, 24 septembre 2015

by admin

La Semaine, sept 2015-web

La presse No Comments »

AOI13, 22 septembre 2015

by admin

OAi 13, sept 2015

La presse No Comments »

Votre photo mérite un agrandissement

by admin

Votre photo mérite un agrandissement
à La Galerie Le Lieu de Lorient
19 JUIN – 2 AOÛT 2015

Que signifie une exposition de photographies populaires dans une galerie dédiée à la photographie contemporaine ? Depuis le mi- lieu du vingtième siècle, on a pu constater que des artistes conceptuels, des sociologues, des commissaires d’exposition et depuis une décennie, de nombreux photographes, portent un intérêt aux images vernaculaires. On peut citer l’ensemble Evidence (Preuve, 1977) des conceptuels Américains, longtemps boudés en France, Sultan & Mandel ; Erik Kessels, artiste, commissaire d’exposition et figure phare du magazine Useful Photography (Photographie utile, 2002), qui a publié plusieurs livres rassemblant ses images « collectées » ; Joachim Schmid, artiste, commissaire d’exposition et fondateur du Zur Wiederaufbereitung von Altfotos (L’Institut de restauration des photographies usées), dont on peut citer les livres du corpus Other People’s Photographs (photographies d’autres personnes, 2008-2011). Tous utilisent des photographies « trouvées » ou « collectées ». Par un jeu de sélection et d’association, ils présentent des usages et des habitudes photographiques en rassemblant des instantanés anciens et actuels sur un même thème. En somme, ils les déplacent afin d’en proposer une nouvelle lecture. On les situe dans une démarche que l’on nomme « appropria- tionniste », c’est-à-dire qu’ils s’emparent d’images existantes qui sont alors le soutien visuel d’un nouveau discours, à mille lieues des intentions des photographes initiaux. Ils sont les seconds auteurs de ces photographies (re) trouvées. La photographie n’est, dès lors, plus représentation mais re-présentation (présentée à nouveau). On peut aussi rappeler qu’en 1965, le sociologue Pierre Bour- dieu avait mis en évidence la place de la photographie dans la culture populaire dans son Essai sur les usages sociaux de la pho- tographie – Un art moyen (1965). Mais le plus saisissant, dans sa visée prospective, remonte à 1944, lorsque Willard Morgan, alors directeur du département de la photographie au Museum of Modern Art de New York, organise une exposition intitulée « The Ame- rican Snapshot » (L’instantané américain) afin d’éclairer les caractéristiques esthétiques de la photo de famille en tant que genre et phénomène social. L’exposition fut d’ailleurs controversée.
En outre, depuis l’invention de la photographie, on estime que 350 milliards de clichés ont été produit. La plupart sans intention artistique. Il paraît donc crucial, quand on est auteur, professionnel de l’art et de l’image, spectateur, citoyen, d’envisager l’image dans sa globalité et non dans le seul champ d’une pratique. C’est ainsi qu’on développe un esprit critique à son égard. Car l’image n’est pas seulement une partie du quotidien, mais est le quotidien de la plupart d’entre nous. Dans ce cadre, la vision que nous nous faisons du monde se construit autant par les images que nous produisons que par celles que nous recevons. Elles sont, dans une certaine mesure, à notre image. Cependant, il serait erroné de lire uniquement les photographies de famille comme des supports documentaires. En effet, la photographie décontextualisée peine toujours à documenter de façon fidèle un événement : privée de son sens initial, le « document photo » n’est plus qu’une énigme. Dans son livre « Snapshot Versions of Life » publié en 1987, l’an- thropologue Richard Chalfen met en garde contre une lecture trop nostalgique des images de famille. Il explique qu’au sein d’une société matérialiste, la plupart de ces images sont codifiées (notamment sous l’injonction des fabricants d’appareils, des publici- taires), puis « mixées et utilisées pour reconstituer une vue schématisée de ce que l’on aime […], la redondance que l’on observe dans cette imagerie peut être interprétée comme une réaffirmation de valeurs culturellement structurées ». Enfin, il ne faut pas perdre de vue que la photographie de famille ne montre pas tout. Dans un rapport d’inclusion et d’exclusion, on notera l’absence des photographies de divorce, d’échec à l’examen, du premier séjour à l’hôpital de l’enfant : l’album de famille est donc une histoire à trous ! Il n’en reste pas moins un récit, celui d’une histoire familiale mise en scène au sein du foyer.
Certains albums commencent à la naissance d’un enfant et leur seront exclusivement consacrés, comme une biographie menée du point de vue du parent. Mais que racontent vraiment ces images intimes? Pourquoi les réalise-t-on? La plupart du temps, il ne s’agit pas de faire une « jolie photo » mais de décrire une situation. On fixe les espaces et les sujets, c’est une démarche à valeur patrimoniale. Est-ce alors un simple support de mémoire ? L’objectif semble être de permettre à la famille de se réunir autour de ces livres d’images et de se re-raconter les histoires à partir de ces situations : les images sont alors des amorces à la narration, aux légendes, aux mythes familiaux en même temps qu’elles attestent des instants à retenir. Mais il s’agit avant tout de la construction d’une image sociale et communicationnelle (image de la réussite à travers des portraits en compagnie de certains biens acquis par exemple). On notera à ce titre, qu’à la mort des aïeuls, les autres membres de la famille se débarrassent souvent de l’objet ou le dépiautent afin d’alimenter leur propre album de famille, leur propre version et biographie, leur propre mythe.
Des structures et des espaces d’exposition ont été créés ces dix dernières années afin de conserver et diffuser des albums de famille collectés. C’est de cas de la Conserverie de Metz, que nous invitons en ce moment. Elle est le Centre National de l’Album de
Famille, fondé et dirigé par la photographe Anne Delrez en 2008. La Conserverie est un lieu d’archive qui met un point d’honneur à sauvegarder les albums sans en prélever les images (elle les conserve et les numérise). Elle respecte l’intégrité de l’objet et l’as- sociation des images qui y résident. Régulièrement, elle organise aussi des appels à collecte afin de constituer une « collection » thématique en vue d’expositions. Les images se déplacent et forment de nouveaux ensembles. Il faut noter que les participants aux collectes contribuent souvent à celles qui suivent. Il y a donc une dynamique collective, voire communautaire. C’est le cas de la plupart des ensembles de « Votre photo mérite un agrandissement » présenté au Lieu cet été. On peut distinguer cinq chapitres :
Charles et Gabrielle, (les seules images originales) le grand-oncle et la grand-tante d’Anne Delrez. Elle dit à ce sujet : ils « se sont rencontrés tard, n’ont pas eu d’enfant, n’avaient guère plus d’amis. Ils travaillaient dans la fonction publique à Paris et partaient en vacances à Pâques et en été un peu partout à l’Ouest. Avant la mort de Charles (Gabrielle est morte, il y a longtemps), personne n’avait vu ces images. Avant la mort de Charles, il n’y avait pas d’album de famille. » Se tenir, est issu d’un appel à collecte spé- cialement lancé à l’occasion du projet d’exposition à la Galerie Le Lieu. On y voit des personnes photographiées se donner une contenance en saisissant un objet, une branche. La photographie de portefeuille, nous montre une sélection d’images scénogra- phiées par Anne Delrez. Entre intime et extime, la photographie de portefeuille est celle qui a circulé avec son propriétaire, celle qu’il a partagée ou regardée solitairement. Moi aussi, j’y étais, nous ramène à la présence du photographe trahi par son ombre ; er- reur et signature. Enfin, La pratique de la marche en avant, est composé de photographies à propos desquelles Anne Delrez nous dit « dans un album de photographies de familles, ces images sont faciles à reconnaître. […] Elles sont réalisées par des photographes professionnels. Des photographes de rue, ceux qui vous interpellent pour que vous achetiez l’image d’un « vous » élancer vers lui.»
La plupart de ces chapitres fonctionnent sur le phénomène de répétition. Ils soulignent la dimension collective de certains usages liés à la photographie populaire. Ce qui prime dans l’intention de la Conserverie, ce sont les questions liées au couple photographe(s)/modèle(s). Qui sont-ils ? Quelle relation ont-ils ? Et quel rapport le propriétaire initial des images entretient-il avec « l’objet photographique»? Il faut enfin rappeler que les pratiques populaires ne sont pas immobiles et qu’elles se déplacent no- tamment au gré des innovations technologiques et du passage des générations.

Emmanuel Madec Pour la Galerie Le Lieu

L' entrée

L’ entrée

Moi aussi, j'y étais

Moi aussi, j’y étais

La photographie du portefeuille et La pratique de la marche en avant

La photographie du portefeuille et La pratique de la marche en avant

Le Lieu-web05

La photographie du portefeuille

La photographie du portefeuille

Charles et Gabrielle, photographes de leurs vacances

Charles et Gabrielle, photographes de leurs vacances

Le Lieu-web12

Se tenir

Se tenir

Le Lieu-web09

Les expositions du Fonds iconographiques par Anne Delrez, Votre photo mérite un agrandissement, Galerie Le Lieu, Lorient, 2015 No Comments »

Sur les Docks/ France Culture/ Albums de famille/ Juliette Armanet

by admin

écouter l’émission :

France Culture / Sur les docks/ Juliette Armanet

La presse No Comments »

Le Télégramme, 11 juillet 2015

by admin

Le Télégrammme 11juillet15-web

La presse No Comments »

Se tenir, une exposition participative de Anne Delrez

by admin

se tenir-Laconserverie-Palleja05-web

©Laconserverie-Palleja

« S’attraper au paysage, se retenir à lui par une branche, à une haie,à un tout petit arbuste, à une feuille. Juste se tenir. Comme
une béquille.
Dans certains albums, cette pose est une marque sans cesse répétée comme une gêne sans cesse rejouée.
Peut-être en est-il ainsi dans le vôtre, dans celui de votre voisin, de vos parents.
Pour cette exposition collective qui se tiendra, dans un premier
temps à la galerie LE LIEU( Lorient, Bretagne), de juin à août 2015, puis à La Conserverie fin 2015, nous vous demandons de bien vouloir vous promener dans les jardins et forêts de vos albums afin de vous assurer qu’une personne se retient bien à une branche, à un petit bout de chose. »

Anne Delrez

Se tenir- Christiane Fouré-web
©Christiane Fouré

se tenir- franck Girard 02-web
©Franck Girard

se tenir-Anouck Durand01-web
©Anouck Durand

se tenir-Bigi 01-web
©Roseline Bigi

Se tenir-BIGI 02-web
©Roseline Bigi

se tenir-Brion-web
©Anne-MArie Brion

Se tenir-Demenge-web
©Bernard Demenge

Se tenir-Duguy 01-web
©Carole Duguy

Se tenir-Duguy 02-web
©Carole Duguy

se tenir-Franck Girard 01-web
©Franck Girard

se tenir-Franck Girard 03-web
©Franck Girard

se tenir-Furic-web
©Gwenola Furic

Se tenir-Giroudeau-web
©Dominique Giroudeau

se tenir-guillaume gref-webf
©Guillaume Greff

se tenir-iisabelle Pierron 01-web
©Isabelle Pierron

se tenir-isabelle Pierron02-web
©Isabelle Pierron

se tenir-JanineDudek-web
©Janine Dudek

se tenir-Jespas001-web
©liliane Jespas

se tenir-Laconserverie-Anaïs Marion-web
©Laconserverie-Anaïs Marion

Se tenir-Laconserverieanonyme01-web
©Laconserverie

se tenir-Laconserverie-anonyme02-web
©Laconserverie

se tenir-Laconserverieanonyme03-web
©Laconserverie

se tenir-Laconserverieanonyme04-web
©Laconserverie

se tenir-Laconserverieanonyme05-web
©Laconserverie

se tenir-Laconserverieanonyme06-web
©Laconserverie

se tenir-Laconserverieanonyme07-web
©Laconserverie

Se tenir-Laconserverie-Drykoningen-web
©Laconserverie-Drykoningen

Se tenir-Laconserverie-feret.web
©Laconserverie-Delrez

se tenir-Laconserverie-Palleja01-web
©Laconserverie-Palleja

se tenir-Laconserverie-Palleja02-web
©Laconserverie-Palleja

se tenir-Laconserverie-Palleja03-web
©Laconserverie-Palleja

se tenir-Laconserverie-Palleja04-web
©Laconserverie-Palleja

se tenir-Laconserverie-Palleja05-web
©Laconserverie-Palleja

se tenir-Laconserverie-Thouvenel-web
©Laconserverie-Thouvenel

Se tenir-Lafosse-web
©Corinne Lafosse

Se tenir-Luisière-web
©Benoit Luisère

se tenir-melina farine 01-web
©Melina Farine

Se tenir-Mélina Farine 01-web
©Melina Farine

se tenir-melina farine 03-web
©Melina Farine

se tenir-melina farine 04-web
©Melina Farine

Se tenir-Perrine Lamy Quique 01-web
©Perrine Lamy Quique

Se tenir-Perrine Lamy Quique 02-web
©Perrine Lamy Quique

Se tenir-Perrine Lamy Quique 03-web
©Perrine Lamy Quique

Se tenir-Perrine Lamy Quique 04-web
©Perrine Lamy Quique

Se tenir-Perrine Lamy Quique 05-web
©Perrine Lamy Quique

se tenir-Sylvie Meunier-webjpg
©Sylvie Meunier

se tenir-Thomas Protto 01-web
©Thomas Protto

se tenir-Thomas Protto 02-web
©Thomas Protto

se tenir-Thomas Protto 03-web
©Thomas Protto

se tenir-Thomas Protto 04-web
©Thomas Protto

se tenir-Thomas Protto 05-web
©Thomas Protto

Des expositions collectives et participatives, Se Tenir, 2015 No Comments »